Accusation en diffamation : Quelle jurisprudence pour les moules ?

Voici ce que j’ai reçu ce matin par courrier avec accusé de réception : un joli courrier de l’avocat du Crocus de charancieu. Suite à ce courrier et pour ne pas être condamné pour diffamation, je modifie l’article de manière à ne plus être inquiété par la justice.


Il est bon cependant de revenir sur des articles faisant jurisprudence dans le domaine. Un article de Charlotte Paoli évoque que « des commentaires portant sur des produits et services sont regardés comme n’entrant pas dans le champ d’application de la loi de 1881 ».

En clair, les propos tenus doivent porter directement atteinte à la réputation des exploitants du restaurant et non à celle du restaurant lui même, sinon, ils ne sont pas soutenus par la loi sur la liberté de la presse du 29 juillet 1881.

Voici par exemple une critique qui n’a pas pu être considérée comme diffamatoire devant les tribunaux :

« A Axxx près de xxxxxx, ce Vieux Mxxxx est charmant. C’est une belle bâtisse beaujolaise en pierres dorées située au bord d’une rivière où s’ébattent quelques canards sauvages …. L’accueil est souriant et on s’installe sous les platanes de l’immense terrasse. Les prix semblent raisonnables et la carte des vins est honnête. C’est donc en confiance qu’on passe la commande, persuadé qu’ici, en pleine campagne, les produits sont du terroir. Hélas, dès la première assiette, la descente aux Enfers commence. La terrine est bien « maison » ; mais impossible d’en déterminer la composition exacte. C’est insipide et servi avec ces exécrables petits légumes vinaigrés, des « pickles ». Ca continue avec des grenouilles congelées, puis une pintade rôtie trop sèche, accompagnée d’une sauce en boîte et d’un gratin dauphinois au goût assez bizarre. Bref, tout cela est immangeable ! Une petite trêve, quand même, avec un chariot de fromages plutôt sympathique. Mais ce n’est que pour mieux assener le coup final avec une Tarte Tatin … congelée ! « 

Concrètement, le paragraphe mettant en doute la qualité des moules (que j’ai supprimé) ne me rend pas responsable de diffamation.

Je vous laisse avec une petite touche d’humour, la critique gastronomique d’un Mac Do :

Source : Cour de cassation – 2ème chambre civile – 23 janvier 2003 – Pourvoi n°01-12.848 – in Critique gastronomique et diffamation, Les Annonces de la Seine, lundi 31 mars 2003, n°22 p.13

Recherches qui ont permis de trouver cet article :

  • courrier avocat
  • lettre avec accusé de réception
  • courrier diffamatoire

Le crocus : méfiez-vous des moules à volonté

Cet article à été modifié suite à l’accusation de diffamation du restaurant concerné par cet article.

Le crocus à Charancieu fait partie de ces restaurants de campagne qui proposent un service plutôt agréable, peu onéreux, et vraiment bon, tant que l’on reste dans la tranchée de la carte. J’ai tenté pour vous l’expérience du no man’s land, la soirée Moule-frite à volonté.

Chaque premier vendredi du mois, le crocus propose une soirée moules (+frites) à volonté pour 15€. Je suis un gros mangeur pronant les valeurs dukaniennes, et ma satiété arrive entre la troisième et la quatrième assiette de moules – ne consommant pas de frites, cette phrase prend alors tout son sens – ce qui représente 3 à 4 kilos de moules. Pour Bouclette, qui m’a accompagné dans mon périple, la fin de la faim se situe entre la seconde et la troisième platré.

Le déclin de la volonté

Il est huit heure moins le quart. Bouclette prend le volant pour nous emmener 45 Route Nationale 75 à Charancieu. Nous prenons place en terrasse du restaurant. La soirée se passe bien, avec les deux premières fournées de moules, de bonne qualité. Les goûts sont variés, je recommande gorgonzola, mais il y a aussi moutarde, et aux herbes (si ma mémoire est bonne). En demandant une troisième tournée, nous ne pouvons nous empêcher de remarquer le visage décomposé de la serveuse, qui tente de nous esquisser un sourire : le client à toujours raison. Quelques minutes plus tard, elle revient, penaude :

« Nous n’avons plus de moules je suis désolée ! »

Devrais-je faire de cette erreur un avis définitif, en condamnant le Crocus des restaurants à conseiller ? Je n’aime pas que l’on se foute de la tête du client. J’aime en avoir pour mon argent, comprenez-vous.

Soit.

Nous nous sommes rabattus sur une assiette de profiteroles correctes. Je recommande cependant celles des Allobroges à Saint-Genix-sur-Guiers, elles sont exquises !

Le mot de la fin : Nous, on sert des moules fraîches

Oui, les moules du Crocus sont fraîches. Un courrier des avocats du Crocus me l’a bien validé. De plus, une pizza sera bien plus bourrative que des moules si vous êtes un gros mangeur : je les conseille fortement. Cependant, si vous êtes un fin gourmet à l’appétit maigrichon, je vous conseille une assiette de ces moules.

Recherches qui ont permis de trouver cet article :

  • crocus charancieu
  • restaurant le crocus charancieu
  • le crocus
  • crocus les abrets