Connecter votre Time Capsule à Ubuntu

Une fois n’est pas coutume nous retournons sous Ubuntu aujourd’hui pour tenter de monter une Time Capsule (une sorte de NAS de Apple) à votre OS préféré (ou pas), j’ai nommé Ubuntu.

Ce tutoriel part du principe que votre Time Capsule fonctionne déjà très bien sur votre Mac, en somme, qu’elle est déjà installé.

Dans un premier temps nous allons avoir besoin de fixer l’adresse IP de votre Time Capsule sur votre Mac. Cette étape n’est pas obligatoire mais elle permet de ne pas avoir a changer l’IP de votre Time Machine sur votre installation d’Ubuntu à chaque caprice du DHCP.

Dans Airport Utility, ouvrez votre Time Capsule avec « Manual Setup » en bas à gauche de la fenêtre :

Puis dans l’onglet Internet > TCP/IP, configurez l’IPV4 en manuel.

Validez tout ça et si jamais vous avez un message d’erreur vis à vis des DNS (je n’ai pas capturé cette page), cochez la petite case en bas de la page qui quelques chose comme « On s’en fou c’est parti ! ».

Nous avons donc besoin de plusieurs informations pour mettre au point la ligne de commande qui va bien sous Ubuntu. Il nous faut donc :

  • l’adresse IP de votre Time Capsule (sur mes captures, c’est 192.168.1.38)
  • le mot de passe que vous avez défini pour accéder à vos fichiers
  • et pour finir, le nom que vous avez donné à votre disque (vous pouvez le voir dans la capture suivante, c’est « Data » chez moi)

Il faut maintenant créer un dossier qui va servir de point de montage à notre Time Capsule :

sudo mkdir /media/TimeCapsule

J’avoue, je manque d’inspiration pour le nom du dossier.

Il y a plusieurs manières de faire, comme par exemple créer un lanceur (clique droit sur le bureau > Créer un lanceur)

Dans le champ commande, tapez un truc du style (ça c’est ma commande perso) :

sudo mount.cifs //192.168.1.38/data/ /media/TimeCapsule -o pass=motdepasse

Biensûr, il faut remplacer l’IP par votre IP, data par votre nom de disque, « /media/TimeCapsule » par le nom du dossier que vous avez créé plus tôt, motdepasse par votre mot de passe.

Ce qui est aussi, voir plus interessant, c’est de monter automatiquement le disque réseau au démarrage de votre ordianteur. Pour cela, il va falloir modifier le fichier fstab :

sudo gedit /etc/fstab

Dans le fichier, ajoutez cette ligne en veillant à bien effectuer les modifications necessaires au bon fonctionnement du montage :

//192.168.1.38/data/ /media/TimeCapsule cifs password=motdepasse,rw,iocharset=utf8,file_mode=0777,dir_mode=0777

Sauvegardez votre fichier. Dans le terminal, démontez puis remontez vos disques :

sudo umount -a
sudo mount -a

Si vous n’avez pas fait d’erreurs, tout vos disques se montent comme par enchantement.

Bonne chance et à la prochaine !

Recherches qui ont permis de trouver cet article :

  • mount -t cifs fstab

Régler le problème des NaN minutes / heures restantes sur Chromium Ubuntu

Il y a un petit soucis apparemment dérangeant dans le gestionnaire de téléchargement de Chromium qui ne nous donne pas le temps que va mettre son fichier à se télécharger, mais un NaN, à cause d’un problème lié à l’utilisation des virgules comme séparateur des nombres décimaux. Le problème à été réglé avec un patch, mais pour le commun des mortels, vous pouvez effectuer une petite opération qui vous permettra de ne pas attendre que la prochaine version de chrome sorte.

En utilisant par exemple nano sur le terminal (c’est tellement rare de nos jours :p), ouvrez le fichier /etc/default/locale :

sudo nano /etc/default/locale

Une fois dans ce fichier, ajoutez donc cette ligne à la suite :

LC_NUMERIC="POSIX"

Déconnexion, reconnexion.

Mac OS, Windows et Ubuntu utilisés simultanément

Pour le commun des mortels, j’avoue que c’est d’une utilité plus que moyenne. A moins d’utiliser des logiciels qui sont sur chacune de ces systèmes d’exploitation, il n’y a même aucune utilité. Cependant, les développeurs (autant les développeurs web que ceux d’applications lourdes et multiplateformes) apprécierons d’avoir un rendu sur les plates-formes les plus utilisées.

Voici une petite illustration de ce que je dis sous la forme d’un screencast.

Je reprendrais pour compléter la vidéo sans la paraphraser les solutions employées pour reproduire un contexte propice à l’utilisation des ces systèmes d’exploitations simultanés.

Tout d’abord, le point qui va sans doute porter à la plupart d’entre vous le plus de problèmes, c’est l’émulation de Mac OS X. En effet, à l’heure qu’il est, l’OS d’Apple est très mal émulé et ne supporte pas très bien d’être utilisé dans une machine virtuelle, et pas davantage au sein d’un hackintosh, comprenez une installation barbare sur n’importe quelle machine non mac, qui entraine des complications, notamment au niveau de la prise en charge des drivers (son, ethernet, …) et autres problèmes (mise en veille impossible, ..).

La meilleure solution reste celle d’émuler depuis un mac (votre machine principale est un mac) ubuntu et Windows. Pour émuler, 3 logiciels sont disponibles : Parallels Desktop, VMWare Fusion, et VirtualBox. Les deux premiers sont payants, et le dernier et gratuit.

Personnellement, j’ai une préférence pour VMWare avec la possibilité de lancer des applications Windows de manière transparente (comme dans la vidéo).

Pour Ubuntu, j’ai privilégié la solution de me connecter en ssh à un réel ordinateur sous ubuntu server, ce qui à l’avantage que c’est un ordinateur à part qui peut effectuer des traitements, même une fois votre ordinateur principal éteint.