Menu Close

Il y a quelques mois, je me suis offert un super cadeau de noël (enfin, si on peut parler de cadeau de nöel au mois de janvier !) : un Canon EOS 650D, un objectif 50mm f/1.8 puis un peu plus tard, j'ai osé débourser quelques centaines d'euros supplémentaires pour une seconde optique, un 18-135 f/3.5-5.6, essentiellement pour faire des vidéos.

J'ai toujours pris des photos, j'ai toujours eu des appareils photos numériques, pas forcément de qualité certes, mais j'ai toujours pris plaisir à prendre des photos. Je suis donc passé à un modèle d'entrée de gamme professionel, pour le plus grand damn de mon portefeuille et de mes amis/colocataires/famille (cibles privilégiées de mes photos).

Avant de m'acheter cet appareil, je shootais depuis quelques années déjà au iPhone, si bien que la différence de qualité et de possibilités offertes par le matos en question fû multiplié par - au moins - dix. Et ce n'est pas un objectif fish-eye qui va réellement changer la donne.

Le meilleur appareil vous avez dit ?

Par contre, je ne sais plus ou j'avais lu ceci, mais la réalité est que le le meilleur appareil est celui qu'on a toujours sur soi. Le reflex est lourd, nécessite d'être allumé, paramétré, etc… Vous voyez ce que je veux dire. Un smartphone est là, déjà allumé dans votre poche, vous n'avez qu'à l'extraire de votre chapeau magique, comme un magicien sortirait son petit lapin. D'ailleurs cela me fait penser à cette couverture du New York Times paru il y a quelques jours, qui comportait un cliché pris avec un iPhone et retouché via instagram. La photographie c'est essentiellement deux choses : être la au bon moment, et savoir se servir de son matos.

Une du New York Times du 31 mars 2013

Une du New York Times du 31 mars 2013

Alex Rodriguez pris par le photographe Nick Laham

Alex Rodriguez pris par le photographe Nick Laham

Comme vous pouvez le voir dans la photo ci dessus, le fait d'utiliser un iPhone n'a pas empêché le photographe d'utiliser un moyen d'éclairer correctement le joueur de baseball. Ce cliché à mis un coup de pied dans la fourmilière des photographes professionnels.

touristes appareil photo

L'usage d'un APN reflex vient donc compléter un appareil photo compact, et ne vise pas forcément à le remplacer, à moins que vous ne souhaitiez passer votre vie avec un appareil autour du cou, au risque de passer pour un touriste. Aujourd'hui encore, mon smartphone à de beau jours devant lui et reste l'un de mes appareil photo de prédilection, car contrairement au 650D, il est toujours sur moi.

Il y a autre chose qui me perturbe : le côté évolutif du reflex. Vous vous mettez à rêver d'optiques dont le prix frôle le déraisonnable, ou à passer d'un format APS-C au full frame pour (enfin) profiter pleinement de vos optiques. Bref, vous pouvez en passer du pognon dans des accessoires pour que votre appareil prenne des photos de fou ! Entre l'éclairage, le grip de batterie pour prolonger la durée de la charge, les objectifs, etc...*

Parlons de RAW...

Dernier point, le RAW. En théorie, le RAW c'est génial. C'est génial hein, pour de vrai. C'est une sorte de fichier hybride permettant de disposer de toutes les infos relatives à la photo, la ou un enregistrement JPG effecuera une compression des données. Mais shooter en RAW signifie aussi 2 choses :

  1. avoir un ordi un peu puissant (mais pas trop)
  2. avoir du temps pour le post traitement

En effet, le fichier RAW n'est pas exploitable directement, il faut le traiter (balance des blancs, exposition, contraste, saturation, etc...). Pour une image, c'est cool. Quand t'as shooté 50 photos potables, ça te prend 3 heures pour les exporter. Voilà pourquoi j'utilise la technique du double enregistrement RAW+JPG, qui me permet notamment de balancer à l'arrache ses soirées sur les réseaux sociaux sans avoir à faire de post traitement, puis si un cliché me plaît particulièrement, je l'isole et je le traite.

Mon avis est donc mitigé, entre les incroyables possibilités permises par ces appareil et leurs encombrement. Tout ça, c'est parce que je suis un flemmard qui aime bien se balader les mains dans les poches. Mais si vous n'avez pas de problèmes (psychologique) d'encombrement, je vous recommande vivement de passer au niveau supérieur !

Vous avez une remarque à nous faire partager, vous avez trouvé une faute d’orthographe, une autre erreur dans le billet, ou vous avez juste kiffé votre race ? Faites-le savoir dans les commentaires de cet article ou en nous écrivant à l’adresse « a AT irz.fr ». Ou via le formulaire de contact.

[Photo titre : Paul Lacoste, capture New York Times, dans les WC Les Inrocks, merci à Amélie Fontaine pour l'illustration]