Comment connaître mon pourcentage de graisse ?

Je me réveille.

Devant le miroir, je réalise qu’avec les années, mon ventre continu de pousser. Lui qui était plat lorsque j’étais adolescent.

Lassé du regard que le miroir me renvoi, je me pose la question. Quel est mon pourcentage de masse graisseuse ?

Vous aussi, vous souhaitez connaître votre pourcentage de gras dans le corps. Sinon vous ne serez pas là.

Voyons déjà combien il faudrait viser.

Description Femmes Hommes
Graisse minimale 10-14% 2-5%
Athlète 14-20% 6-13%
Fitness 21-24% 14-17%
Moyenne 25-31% 18-24%
Obèse 32%+ 25%+

Disons, moins de 25%, c’est pas mal. Et si vous souhaitez avoir des abdos apparents ? C’est une autre histoire. Ça se rapproche des 10-15% (ou la catégorie athlètes approximativement).

Mais revenons à notre question : comment connaître notre pourcentage de masse graisseuse ? Il y a de nombreuses méthodes, mais j’ai décidé de vous en donner.

La réponse se trouve dans cette petite vidéo :

Pourquoi faut-il réapprendre à manger ?

J’ai toujours été attiré par des plats simples comme une plâtré de spaghettis al dente saupoudré d’une bonne dose de fromage râpé. A l’époque, je pouvais en manger tous les jours, à tous les repas. Et à vrai dire à l’époque ou j’étais étudiant, c’est un peu ce que je faisais.

Pour varier les plaisirs, je faisais parfois revenir le tout à la poêle pour rendre les pâtes croustillantes, fondre le fromage. J’ajoutais parfois quelques herbes.

Je vous parle d’une époque révolue à l’heure ou mon alimentation est maintenant bien différente. Mais ce contexte me fait me poser une question : pourquoi est-ce que l’on mange ce que nous mangeons ?

Pour comprendre l’origine de mon addiction pour les pâtes à la cuisson parfaite, nous devons encore revenir quelques années en arrières. J’étais alors un enfant. Comme tout les enfants, mon palais a été éduqué par mes parents. Surtout par ma mère.

Pâtissière de profession, notre mère nous a tout fait goûter. Je n’ai toujours pas mis la main sur du caviar, mais je ne suis pas vraiment tenté en réalité. Nous avons eu droit à des dîners somptueux, comme à des plats en boite « vite fait ». Toute cette éducation gustative nous apporte certaines connaissances – relativement superficielle – de la manière de « bien » manger. Oui, le bien est entre guillemets, et ce n’est pas pour rien. 

Un petit déjeuner c’était céréales, lait, jus d’orange. Un plat c’était féculents, légumes, viande. Un laitage ou un bout de gâteau à la fin du repas.

Derrière cette éducation normale se cache de grosses carences. Un manque de compréhension des besoins de notre corps. Nous sommes guidés par notre plaisir, par les spots de télé, mais rarement par notre raison.

On ne peut pas jouer avec notre corps. Et l’alimentation est essentielle, si ce n’est primordiale pour garder la forme toute la journée, éviter le surpoids et nombre de maladies.  Je l’ai appris à mes dépens, en faisant frémir la balance plus d’une fois.

Lorsqu’on se demande pourquoi on est en surpoids, pourquoi l’on est en situation de diabète, pourquoi toutes ces maladies du XXIe siècle nous assaillent de toute part, on est en droit et même en obligation de trouver des réponses.

On le sait peut être dans un coin de notre tête : le grignotage de sucreries, les sauces sans aucune valeur nutritive, les fasts-food. On appelle pas ça malbouffe pour rien. Tout ceci n’aide pas. Ça vous le savez, et il va falloir faire sans. Mais il y a autre chose. Certains produits « santé » sont de gigantesques supercheries, orchestré par l’industrie et leurs lobbies, ancré dans vos mauvaises habitudes et notre quête du plaisir. Le capitalisme dans toute sa splendeur.

Bienvenue dans la face caché des aliments.

J’ai donc décidé de démonter les idées reçues concernant chaque aliment, de les remettre à leurs place, un par un. Certains sont à mettre sur un piédestal, d’autres à jeter au fond d’une poubelle.

Je ne suis pas un nutritionniste. Je ne suis pas un lobby. Je ne suis qu’un citoyen anonyme et soucieux de mon bien être, mais aussi du votre.

Si vous voulez faire les choses par vous même, il y a quelque chose de simple a faire : regardez les étiquettes. Elles ne mentent pas en général. La liste des ingrédients est par ordre de quantité, elle vous donne une indication ce qui a été utilisé pour composer le produit. Le tableau calorique lui met en évidence les différents apports : glucide, protéine, lipides. Et ne vous leurrez pas : si un aliment comporte plus de 5% de sucre, c’est un aliment « sucré ».

La suite au prochain épisode !

Le top 3 des plats hyper-proteinés

Alors que je parlais il y a quelques jours, voir quelques semaines, de ma première expérience de perte de de poids, je vous livre aujourd’hui un article concis évoquant les différents plats que je préfère, qui permettent – selon moi – de maigrir sans s’affamer.

Je ne suis pas un grand cuisinier, et j’aime les plats qui ne me prennent que quelques minutes à préparer. Ne vous étonnez donc pas de la simplicité des plats que vous vous apprêtez à lire, elle est le reflet de mes propres expériences culinaires.

1 : Le poulet rôti

Il est 19h10, le supermarché ferme dans 20 minutes. C’est pour moi le moment privilégié d’acheter un poulet tout juste rôti à un prix cassé, bien différent de celui de la journée.

Le poulet rôti est un bon exemple de repas Dukan simple (il peut s’acheter prêt à consommer), et copieux. En effet, un gros mangeur pourra consommer l’ensemble du poulet lorsque un autre n’en n’ingurgitera qu’une moitié.

En ce qui concerne les recommandations, la peau est à proscrire, et il est évident que seul la moutarde est autorisé à consommer en accompagnement (vous pourrez, je l’espère, vous passer de mayonnaise, ketchup, ou autre sauce mystique venu d’un pays lointain).

2 : Les oeufs au plats

Les oeufs au plats on l’avantage de pouvoir être personnalisés en fonction de votre convenance ou de votre humeur. Je les apprécies légèrement poivrés, saupoudrés de mini crevettes surgelées grillées au préalable. Mais ils peuvent être accompagnés de jambon, saumon, et même de son d’avoine !

Conseil pratique, équipez-vous d’une poelle anti-adhésive ou – le cas échéant – versez une lichette d’huile que vous absorberez entièrement avec un essuie-tout.

2 : Le steak haché cru

Le steak haché cru est un très bon exemple de repas rapide, simple et efficace. Le principe est simple : écrasez votre steak, ajoutez du vinaigre, quelques tranches d’oignon émincé et autres épices à votre convenance, mélangez. Il n’y a plus qu’à manger !

Pour les plus sceptiques d’entre vous, sachez que l’hygiène est primordiale pour la conservation de produits frais telle la viande bovine. Ainsi, voici quelques règles d’usage à respecter pour éviter le E.Coli (entre autres).

Et pour ceux qui n’ont pas froid aux yeux, je vous conseil la viande de cheval !

Bien dans son corps : Perdre du poids, mais comment ? #1

Etre bien dans son corps, c’est essentiel.

Ce n’est pas toujours le cas, et parfois on ne se rend compte que trop tard de cette nécessité d’être dans son corps comme dans sa paire de chaussure préféré (ou de pantoufle), alors que certains s’obstinent à porter des converse. Perso, je trouve le port de converse très désagréable.

Depuis 2 ans je me bat contre mon corps pour en faire ce que je veux. Il y a deux choses qui déterminent l’apparence de votre corps : l’alimentation et l’activité physique (sport / vie active).

Pour vous situer rapidement mon histoire, j’ai pris près de 20 kilos en allant faire mes études loin de ma famille et de mes habitudes alimentaires. J’ai pris ce poids en un an, un an et demi, et eu une période « grosse » (90 kilos & 1m70) d’une durée totale de 2 ou 3 ans. En me rendant compte que je ne trouvait plus de tailles de shorts adapté à mon tour de taille pour m’habiller, ce fût le déclic.

Depuis ce jour j’ai commencé à me renseigner J’ai commencé avec l’intégration douloureuse du jogging dans mon train train quotidien. Puis Dukan, avec lequel j’ai perdu près de 30 kilos en l’espace de quelques mois (en suivant le livre religieusement).

17 octobre 2010, L’effet du régime dukan avec quelques mois sans écarts

A la fin du mois de novembre, je pesait 62 kilos pour 1m70.