Accusation en diffamation : Quelle jurisprudence pour les moules ?

Voici ce que j’ai reçu ce matin par courrier avec accusé de réception : un joli courrier de l’avocat du Crocus de charancieu. Suite à ce courrier et pour ne pas être condamné pour diffamation, je modifie l’article de manière à ne plus être inquiété par la justice.


Il est bon cependant de revenir sur des articles faisant jurisprudence dans le domaine. Un article de Charlotte Paoli évoque que « des commentaires portant sur des produits et services sont regardés comme n’entrant pas dans le champ d’application de la loi de 1881 ».

En clair, les propos tenus doivent porter directement atteinte à la réputation des exploitants du restaurant et non à celle du restaurant lui même, sinon, ils ne sont pas soutenus par la loi sur la liberté de la presse du 29 juillet 1881.

Voici par exemple une critique qui n’a pas pu être considérée comme diffamatoire devant les tribunaux :

« A Axxx près de xxxxxx, ce Vieux Mxxxx est charmant. C’est une belle bâtisse beaujolaise en pierres dorées située au bord d’une rivière où s’ébattent quelques canards sauvages …. L’accueil est souriant et on s’installe sous les platanes de l’immense terrasse. Les prix semblent raisonnables et la carte des vins est honnête. C’est donc en confiance qu’on passe la commande, persuadé qu’ici, en pleine campagne, les produits sont du terroir. Hélas, dès la première assiette, la descente aux Enfers commence. La terrine est bien « maison » ; mais impossible d’en déterminer la composition exacte. C’est insipide et servi avec ces exécrables petits légumes vinaigrés, des « pickles ». Ca continue avec des grenouilles congelées, puis une pintade rôtie trop sèche, accompagnée d’une sauce en boîte et d’un gratin dauphinois au goût assez bizarre. Bref, tout cela est immangeable ! Une petite trêve, quand même, avec un chariot de fromages plutôt sympathique. Mais ce n’est que pour mieux assener le coup final avec une Tarte Tatin … congelée ! « 

Concrètement, le paragraphe mettant en doute la qualité des moules (que j’ai supprimé) ne me rend pas responsable de diffamation.

Je vous laisse avec une petite touche d’humour, la critique gastronomique d’un Mac Do :

Source : Cour de cassation – 2ème chambre civile – 23 janvier 2003 – Pourvoi n°01-12.848 – in Critique gastronomique et diffamation, Les Annonces de la Seine, lundi 31 mars 2003, n°22 p.13

Recherches qui ont permis de trouver cet article :

  • courrier avocat
  • lettre avec accusé de réception
  • courrier diffamatoire

Objectif-neige (Prix entrepreneur IAE Grenoble 2010)

Après les vidéos de Cokoon, Autentica et Gest’ Affaires, c’est au tour du premier comparateur de stations de ski de passer devant le jury.

Objectif-neige, que j’avais déjà interviewé auparavant, s’est en effet retrouvé à la finale du concours de l’IAE. Né de la constatation qu’il n’y a pas de moyen de comparer les stations de ski sur internet, O-N est aujourd’hui le premier comparateur de stations de ski sur la toile.

C’est dans une remarquable présentation que les créateurs du service ont évoqué (entre autres) leurs différents modèles économique ainsi que quelques fonctionnalité en avant première des prochaines mises à jour, avec notamment un désir de rendre disponible le site à l’étranger en traduisant le service.

Gest’ Affaires (Prix de l’entrepreneur de L’IAE)

Gagnante du concours développement avec son activité d’aide à la création d’entreprise, Marine Simon est reparti avec 2000 euros en poche lors du prix de l’entrepreneur le l’IAE de Grenoble.

Créé à la base pour son stage de fin d’étude, Gest’Affaires conseille, accompagne et aide au financements les projets d’entrepreneurs.

Retrouvez la sur son site internet, www.gestaffaires.fr.

L’Autentica (Prix de l’entrepreneur de L’IAE)

Gagnant du concours création avec son concept de Franchise de taqueria, Guillaume François est reparti avec 2000 euros en poche.

Les questions du jury :
Avez-vous un échéancier pour la mise en place de votre réseau de franchise ?
La mise en place du réseau de franchise sera faite dès que je pourrais convaincre des investisseurs potentiels. La logique voudrais qu’elle soit faite au moins après un an d’exercice. Si j’ai des chiffres mensuels avant la fin du premier exercice, je le ferais plus tôt.

Vous souhaitez monter ce réseau principalement dans les villes universitaire ?
Comment avez-vous déterminés vos chiffres de vente ?
Pouvez-vous nous parler de la concurrence de votre site pilote ?
Tu parlais de l’emplacement tout à l’heure, as-tu déjà trouvé le local ?
La couleur jaune sera celle qui sera retenue ?
Ne pensez-vous pas que les gens vont se lasser de toujours manger la même chose ?
Y aura-t-il des places assises ?

Cokoon (Prix de l’entrepreneur de L’IAE)

Voici l’intervention orale de Michel Verrier au prix de l’entrepreneur de l’IAE de Grenoble pour Cokoon, projet d’un nouveaux moyen de locomotion hybride entre vélo et scooter.

La création de son entreprise est en cours.

Questions du jury :

  • Y’a-t-il un équivalent ailleurs ?
  • Allez vous vous positionner sur les salons ?
  • Quels seront les réseaux de distribution spécialisé ?
  • Quels sont vos investisseurs potentiels ?
  • Quels sont vos clients potentiels ?
  • Et ce que le Cokoon se gare aussi facilement qu’un vélo ?

Maintenant, on se retrousse les manches

rool-up-sleevesC’était bien marrant de se préparer psychologiquement à la création d’une aventure d’entrepreneur. Maintenant, passons aux choses sérieuses, car se retrousser les manches, ça veut aussi dire : « se sortir les doigts du… ».

Mon projet, c’est maintenant ce qui me fait me lever le matin à 6 heures – « Mais que fais-t-il à cette heure ? » – au lieu de larver dans mon lit. C’est ce qui me pousse à (essayer de) faire les choses jusqu’au bout. Apprendre l’Anglais, pour faire dans l’international, et essayer de s’incruster dans des pays du genre Angleterre, États-Unis ou Australie. Que je puisse quitter toute mes attaches en cas de besoin. Ne pas se contenter d’un boulot au SMIC dans un lycée. En faire plus pour gagner moins. Continuer ma formation autodidacte de commercial en montant une petite semaine à Paris.

Le nom de code du projet, c’est katomer (prononcez un peu à l’anglaise style « quatowmaire »). C’est un concept de place de marché. Je ne vous en dit pas plus, car d’ici quelques mois, je mettrais à votre disposition une bêta privé du site, comme on le fait maintenant généralement avant la sortie d’un service.

Tout ça implique aussi un petit tournant sur ce site, car je vais remettre les mains dans le cambouis. Beaucoup de php, un peu de mysql, et une pointe de javascript, bref, tout ce qu’il faut pour proposer un service digne de ce nom. J’écrirais sans doute davantage de billets à propos d’informatique, de développement, et finalement d’high-tech de manière générale.

Je passe à la vitesse supérieur.

[photo]

Résoudre un rubik’s Cube, l’occasion de faire le point

Hier, j’étais dans le train pour rentrer chez mes parents (la prochaine fois je penserais à m’inscrire sur la liste électorale de ma ville), quand, pour la première fois, je suis arrivé à résoudre mon rubik’s cube (que j’ai redécouvert grâce à Fabien). N’étant pas chez moi, cette vidéo à été faite à la webcam « à l’ancienne ».

Et tiens, ça faisait longtemps que je n’avais pas fait le point :

Articles en anglais

Parfois, quand j’écris un article utile (ou marrant) que je n’ai pas moi même traduit, ça ne me dérangerais pas qu’il soit traduit. Et j’ai la chance d’avoir un nouvel arrivant dans l’équipe (après, Valérie, Lucie, et Blandine à la correction) : David Hewes. En dernière année de licence de lettres en Angleterre, il vient s’ajouter à l’équipe en tant que traducteur. J’en suis encore à étudier les conditions techniques, mais ça ne devrait pas prendre plus d’une à deux semaines.

Et si je n’écris pas moi-même mes articles en anglais, c’est que je n’ai pas le niveau suffisant pour cet exercice.

Projets vidéos

Entre ma série d’interviews d’entrepreneurs qui commence, des tutoriaux vidéos en préparation, un projet d’Atelier vidéo pour mon association, la Review à préparer, et encore d’autres surprises (j’en reparlerais plus tard), je teste ma capacité à être à l’écoute de mon environnement et mes capacités oratoires.

L’actualité, c’est bien, mais….

Si je suis sous WordPress, c’est aussi par choix de pouvoir faire autre chose qu’un site avec pour seul contenu de l’actualité.

Ce que je souhaite, c’est mettre en place une série de tutoriels en parallèle du site, j’ai de multiples idées, pas tant de temps que ça, mais la volonté reste le maître mot. Regardez l’exemple de réussite de siteduzero.com ou de Comment ça Marche, les tutoriels sont une forme comme une autre de contenu. Et j’ai déjà quelques idées pour proposer du contenu de façon originale !

Et l’entreprise dans tout ça ?

J’attends toujours mon siret, depuis maintenant plus de 2 mois… Je vais téléphoner la semaine prochaine…

Todo liste

  • continuer à faire les exercices de anglaisfacile.com
  • préparer mon voyage en Angleterre de cet été
  • continuer à vivre dangereusement entre soirée poker et soirée patinage
  • faire des vidéos de vulgarisation informatique basique pour mes collègues de travail
  • écrire un article sur « Comment remixjobs vas-t-il révolutionner le monde de la recherche d’emploi en écrasant des sites comme codeur.com ? »

Et… …Je vous laisse, ma copine est en bas de chez moi.

Aujourd’hui j’ai signé un billet de banque

English version

billet de 10 eurosNon, ce n’est pas une blague, je l’ai bel et bien fait : à l’heure ou la Livre Sterling prend du plomb dans l’aile, je viens de gribouiller ma signature sur un billet de dix euros. Je n’avais pas de billet de cinq cent sous la main, alors j’ai du me contenter de celui-là.

Les auteurs signent leurs livres, les acteurs griffonnent leurs affiches, les musiciens dédicacent leurs albums. Et les autres ? N’ont-ils pas besoin de reconnaissance ? Bien sûr. Pour se prouver qu’ils sont quelqu’un, ils s’investissent dans des projets socio-culturels, ou adhèrent à une (ou plusieurs) association(s). Ils entretiennent de « bonnes relations » avec leur famille, ou leurs voisins. Ils aident à faire la cuisine, apportent un dessert, ou même une bouteille. Ils ont même des amis, qui les remercient d’être là pour eux quand ça ne va pas. D’autres comme moi, créent leur entreprise (je suis sur plusieurs fronts, comme tout le monde).

Il s’agit en somme de signer un autographe. C’est comme cette personne qui se regarde tout le temps (narcissiquement ?) dans le miroir en se disant « Toi t’es un beau gosse. » tout en se faisant un clin d’œil. Il prend une pause improbable, de celles que l’on voyait sûrement dans les sitcoms les années 80, et mouline des bras en créant par la même occasion une nouvelle danse : la « danse du singe affolé qui se prend pour un beau gosse ».

Plus sérieusement et pour revenir à nos moutons, je l’ai fait lorsque j’ai eu mon déclic. Je venais de conclure un accord avec mon voisin qui, contre une somme forfaitaire, souhaitait accéder à mon réseau wifi. Je commençais seulement depuis le début de la semaine à tester mes capacités de commercial, et ça n’a pas raté. Mon « premier dollar » en quelque sorte.

Créer une entreprise demande un investissement conséquent, et voir ce billet punaisé à mon mur, me narguant chaque matin, fait partie de ces choses qui nous permettent de continuer l’aventure.

Cet exercice d’auto-persuasion au quotidien est vraiment simple à effectuer. Il vous faut seulement « des couilles ». Prenez votre porte-feuille, sortez-en un billet de banque (ne fonctionne pas avec des pièces), écrivez votre nom, et signez. Voilà, c’est fait. Maintenant posez le en évidence à un endroit ou vous passez tout le temps : punaisé à un mur, accroché sur le frigo, ou bien scotché sur le miroir de votre salle de bain. Il faut que ce billet devienne l’un de vos plus fidèle compagnon de vie.

Biensûr, vous allez pouvoir prendre en photo le votre, l’héberger sur internet (sur Imageshack.us par exemple), et me l’envoyer pour que je fasse une petite galerie, ou pas, selon votre souhait.

Dans mon bureau de patron, je l’encadrerai contre le mur, pour montrer que l’argent n’est pas une finalité mais plutôt un moyen de parvenir aux objectifs que l’on s’est fixés : comme preuve qu’un billet de banque n’est finalement qu’un bout de papier. Ni plus, ni moins. Et au cas où, cela fait toujours un peu de liquidité en cas de coup dur.

Et d’ailleurs, dans la rubrique « Le saviez vous ? » : la monnaie (billets, pièces) est la propriété de l’État.

Rien n’est à vous.

Bien à vous.

Il était une fois…

sorti enfinIl était une fois l’histoire d’un garçon qui était touche-à-tout. Il adorait la nouveauté. Peut importe le domaine, le lieu ou le contexte, tout l’émerveillait. Du battement des ailes d’une libellule jusqu’aux éruptions volcaniques.

Je démarre ce site aujourd’hui, lequel va être un bloc-notes de mes démarches entrepreneuriales (pour me mettre à mon compte). J’ai enfin trouvé en ce début d’année les objectifs professionnels et personnels que je souhaitais atteindre tout au long de ma courte existence. Et cette suite d’articles sera une manière de laisser une trace écrite, en vidéos, sous formes de dessins, peut être en plusieurs langues, qui sait. Je retransmettrais tout ce que j’apprendrais.

Je vous souhaite vous aussi de savoir un jour qui vous souhaitez devenir, car ça en vaut la peine. Vous trouverez les moyens de vous engager à 200%, 500% que dis-je, à 2010% dans vos ambitions. Je vous expliquerais tout ce que j’ai appris à travers ce site.

Il n’y a aucun rapport avec quelque marque que ce soit dans le nom de ce site. C’est tout simplement mon prénom et mon nom, accolés, que j’assume dorénavant pleinement, me séparant de mon « double virtuel ». ArthurLacoste.com n’a en aucun cas vocation à la prétention. On pourra sans doute dénoncer un manque d’imagination, à la rigueur.
Merci de m’avoir lu et (ou) vu.
signature arthur lacoste