Aller plus loin avec le vrac

Aller plus loin avec le vrac

Qu’il s’agisse de Biocoop, Vie Claire ou bien Bio C Bon, le vrac c’est démocratisé dans nos assiettes. Il était déjà utilisé essentiellement il a quelques dizaines d’années, mais l’invention consécutive du plastique puis de l’emballage à précipité sa chute au XIXe Siècle. On peut remercier Béa et les autres ambassadeurs du zéro déchets d’avoir remis cette question au goût du jour. Mais il y a un hic. Savez-vous ce que toutes ces enseignes ont en commun ? Elles proposent du vrac alimentaire. Certes. Mais en réalité, leurs produits en vrac sont transportés dans de grand sachets en plastique !

Le plupart des contenant sont de 3 à 10 kilos, mais oui. En réalité, le problème n’est pas éradiqué mais déplacé. Lorsque vous achetez en vrac, au lieu de ramener des déchets chez vous, vous « augmentez » les déchets du commerce. Ce n’est pas tout à fait vrai car le contenant sont plus grand, et utilisent donc moins de plastique, mais le problème reste.

Alors vous allez peut être me considérer comme un extrémiste du déchet, mais ma réflexion m’a porté jusqu’ici : pourquoi ne pas travailler avec les fournisseur pour proposer des alternatives de contenant durable, recyclable et/ou réutilisables pour des grosses quantités ?

Tout les produits ne peuvent pas entrer en ligne de compte, enfin, il me semble… ..Quoi que.

Des entreprises ont déjà porté des initiatives innovantes. Je pense notamment à Jean Bouteille qui à remis sur le devant de la scène les bouteilles consignées. Ils proposent huile, vinaigre, vin, et même du jus de fruit. Je n’ai pas pu tester la chose, car il n’y en a pas à Grenoble, mais l’idée est très bonne !

D’ailleurs il y a quelques semaines, je me suis mis à la recherche d’une manière d’acheter du lait (ou du lait de soja) en vrac, mais le système de consigne d’antan n’existe plus. Souvenez-vous cette époque ou le laitier venait vous porter le lait, le matin, sur le pallier de votre porte.

Pour en revenir à nos moutons, il y a un paramètre à prendre en compte. La conservation. Certains aliments doivent être conservés hermétiquement entre la conception et la consommation. Comment, dans cette optique, fournir un conditionnement « en gros » sans altérer le produit ? Faut-il repenser l’existant ? Des contenant en verre me semblent peu envisageable, mais de grand contenant en inox : je pense à  un bac gastronorme avec un couvercle hermétique (pour ceux qui ne voit pas de quoi il s’agit, il s’agit de boite utilisé par les cuisinier professionnels pour conserver les denrées alimentaires, voir l’image ci-dessous).

ts-bacs

Quoi qu’il en soit, je crois que l’on peut encore réfléchir à de nouvelles manière de réduire les déchets et ce en partant du début de la chaîne, du fournisseur de matière première au client, en passant par le distributeur. Le conditionnement en vrac « version 2 » n’en est qu’à ses début.

Au passage…

Voici ma dernière vidéo. N'hésite pas à t'abonner à ma chaîne !

Publié par

Arthur

Maître des lieux, consommateur averti et gadgetophile repenti, j'écris mon quotidien de trublion du web depuis de nombreuses années.

Laisser un commentaire